06/02/2004

Arezzo, 10 ans déjà...


Le temps passe. Vite, trop vite. Dix ans déjà. Dix ans que Jean-Michel Saive a remporté le Top 12, à Arezzo, en Italie, pour devenir le numéro un mondial de tennis de table. Ce rang, il l’a conservé pendant quinze mois.

ÉTIENNE PAIROUX

L’année 1994 restera à jamais comme celle de Jean-Mi. « Terminator » balayait alors tout sur son passage. C’est donc un anniversaire particulier que le Liégeois fêtera, ce week-end, en participant à son quinzième Top 12 consécutif. Mais vous savez, depuis dix ans, quand j’entre dans une salle pour participer au Top 12, je ne songe jamais à mon parcours de 1994, explique Jean-Mi. D’ailleurs, depuis, je ne suis jamais retourné à Arezzo. C’est que le pongiste de la Villette ne jette pas encore un regard attendri dans le rétroviseur de sa carrière. L’avenir le concerne encore autant que le présent. Il fait toujours partie intégrante du paysage du ping international. Depuis la première fois où il est entré dans le Top 20 mondial, en 1989, il est d’ailleurs le seul de ces 20 pongistes d’alors à y figurer toujours aujourd’hui !

Arezzo, ce sont des souvenirs inoubliables, sans doute le plus beau moment, se souvient-il. Après quelques revers en finale, j’ai franchi la dernière marche. Avec le recul, c’est assez dingue de constater que j’ai pu rester no 1 mondial durant quinze mois. Il n’y a que les Chinois qui sont capables d’y rester aussi longtemps. Mais bon, on est dix ans plus tard et un autre Top 12 va commencer. Quand je pense que l’an dernier, j’ai eu deux balles de match en quarts de finale contre Timo Boll, alors no1 mondial, je me dis que j’ai encore une carte à jouer cettte année. Bien sûr, Samsonov est favori, Boll est chez lui et il faudra voir comment Schlager va jouer. Mon objectif sera de sortir de ma poule. Et puis, advienne que pourra. Mais au moment de jouer, je ne penserai pas : dix ans déjà ! Samedi, au Sporthalle de Francfort – toutes les places ont été vendues pour les deux jours de compétition – il ne pensera pas non plus qu’il a déjà signé six podiums en quatorze participations à l’épreuve réunissant les douze meilleurs pongistes européens. Du moins, en principe, puisque Primorac n’a pas été inscrit par sa fédération et que Kreanga est blessé.

Aujourd’hui, il est de moins en moins question de préparation spécifique pour une telle compétition. Avec les Protour et la tournée japonaise, l’entraînement se limite de plus en plus à la compétition et à la récupération. Surtout à 34 ans.

La semaine dernière, j’ai été éliminé en huitièmes de finale de l’Open de Grèce. Je peux vous assurer que les installations qui accueilleront le ping aux JO d’Athènes sont terminées. En revanche, rien n’est prêt aux alentours. Ce qui est d’ailleurs étonnant, c’est qu’on ne voit jamais les gens travailler.Cette semaine, en revanche, je n’ai joué qu’une seule fois pour arriver le plus frais possible à Francfort. Je ne manque pas de matchs, mais bien de fraîcheur. Aussi je débarquerai plus tôt en Allemagne, vendredi, pour faire un entraînement avant l’arrivée du gros de la troupe.

On le voit, alors que d’autres annoncent leur retraite, celle-ci ne fait pas encore partie du vocabulaire de Jean-Mi.

Parfois, quand on est seul au Japon dans sa chambre de deux mètres sur trois, on se demande ce qu’on fait là. Mais, en fait, quand j’arrête de jouer pendant 24 heures, j’ai une catapulte qui est là pour me repousser. Vous savez, jouer à La Villette devant 4.000 personnes, cela ne vous pousse pas vers la sortie. La motivation en prendra seulement un coup quand je ne serai plus dans les grandes compétitions.•

REPÈRES

Participants : Samsonov (Blr, 5e mondial) ; Boll (All, 10) ; Schlager (Aut, 10) ; Smirnov (Rus, 17) ; Saive (19) ; Karlsson (Suè, 22) ; Persson (Suè, 23) ; Waldner (Suè, 26) ; Chen Weixing (Aut, 27) ; Korbel, Tch, 28) ; Rosskopf (All, 29) ; Maze (Dan, 30).

Horaires : Samedi : Eliminatoires (4 groupes de 3) de 11 h. à 14 h 45 ; quarts de finale à partir de 17 h 15. Dimanche : Demi-finale à 11 h 30 et finale à 14 h 30.

 

Article tiré du Soir en Ligne



11:39 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.