23/04/2004

C'est ce soir!

«L'ambiance du Spiroudome va être plus terrible que jamais» (23/04/2004)
Champions'League - Jean-Michel Saive et la Villette visent un sixième sacre

CHARLEROI Jean-Michel Saive et la Villette ont beaucoup de choses en commun au palmarès de la Coupe d'Europe des Champions devenue depuis Champions'League: le joueur et son club ont disputé ensemble sept finales et en ont remporté cinq. Ce sera donc la huitième participation ce soir et, tout le monde l'espère, un grand pas vers une sixième victoire.

«Une chose est certaine, ce sera notre plus beau parcours jamais réalisé avant la finale, tant au niveau collectif qu'individuel», rappelle avec une fierté légitime Jean-Michel Saive. «Une quatrième victoire d'affilée, ce serait unique. Mais il y a sans doute plus important: cette fois-ci, on joue le match aller au Spiroudome. La saison dernière, c'était le contraire, et le principal avait été fait en déplacement. Quelque part, le public avait dû rester un peu sur sa fin, question émotions. Je pense qu'aujourd'hui, l'ambiance sera terrible. Du jamais-vu. Raison de plus pour être présent... à deux cents pour cent.»

Pour Jean-Mi, le rendez-vous de ce soir est sans aucun doute le plus important de la saison.

«Il se passe beaucoup de choses au cours d'une saison. Cette année est en plus celle des JO. Mais quand on prépare une finale de Champions'League, plus rien d'autre ne compte. Je suis pleinement satisfait d'avoir apporté ma pierre à l'édifice et cette soirée doit être le point d'orgue. A mon avis, en tout cas, si nous avons déjà battu Grenzau à deux reprises en poule, gardons les pieds sur terre. Il s'agit d'une équipe sans doute plus forte que jamais. Je rappelle à ce titre que Ma Wenge n'a concédé que deux défaites -chaque fois face à Vladi- tout au long du parcours européen. Que Blacszyk reste un joueur très dangereux et que Fejer est en très net progrès. Il a pris une part capitale dans la médaille d'argent de l'Allemagne au dernier Mondial, et en demi-finale de Champions'League, il a battu Boll.»

Ajoutons à cela que le fait de retrouver Grenzau en finale n'est que logique. Déjà finaliste la saison dernière, la formation rhénane domine encore la Bundesliga et terminera probablement championne d'Allemagne. Face à des équipes sans aucun doute plus fortes sur papier, telles Gönnern ou Ochsenhausen...

«Tactiquement, nous n'avons d'ailleurs pas de vrais points de repères. Nous jouons avec trois joueurs alors qu'ils en ont quatre. Ils ont peut- être déjà tout essayé pour nous perturber, et j'estime qu'il ne fait aucun doute que ce soir, ils vont encore nous sortir un lapin du chapeau. Le vrai match commencera avec trois quarts d'heure d'avance, au moment du tirage au sort», estime un Saive pleinement satisfait de la préparation du grand rendez-vous de ce soir.

«Cela fait trois semaines qu'on prépare cette finale. Personnellement, j'ai surtout travaillé le physique au cours de la première. Depuis quinze jours, on travaille tous les jours à l'entraînement, et avec du beau monde. Je pense que cette dynamique sera payante pour achever en beauté la saison européenne. Ce fut un vrai stage!»

Jean-Michel Saive, Vladimir Samsonov et Patrick Chila ont eu pour sparring outre Martin Bratanov, le Polonais Daniel Gorak (137e mondial), le Français Michel Martinez (202e) et... ce bon vieux Zoran Primorac qui a décidément laissé une partie de son coeur au Royal, dont l'aura sur le plan international n'... aura jamais été aussi valorisante. Sûr qu'on va vibrer, ce soir, au Spiroudome...

D. Dep.

© Les Sports 2004

www.dhnet.be

 


08:49 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.