13/04/2005

HAINAUT - Les supporters de la Villette à Düsseldorf

Une poignée d'inconditionnels

Dimanche, une trentaine de personnes avaient fait le déplacement de Charleroi et de Liège vers l'Allemagne pour soutenir la Villette.

Le rendez-vous avait été fixé à 9 h devant le Parc des Sports de Charleroi, plus connu sous le nom de la Garenne. Les plus assidus étaient déjà présents à 8 h 45, tout impatients d'effectuer le déplacement. Mais certains étant apparemment restés à l'heure d'hiver, le car n'a pu démarrer qu'une heure plus tard.

Tout ce petit monde a alors pris la route vers Barchon, où un arrêt était encore prévu à 11 h pour prendre six personnes, dont Jean-Paul Saive, le papa de Jean-Mi, et Christian D'Harcour, sans doute le supporter le plus fidèle du numéro un Belge, ainsi que leurs épouses. Arrivés à Düsseldorf à 13 heures alors que le match débutait à 14 h, les supporters carolos ont eu tout le temps de s'installer dans la tribune qui leur était réservée, dépliant déjà leurs drapeaux et autres calicots.

30 personnes pour mettre le feu

Et comme très souvent, même s'ils n'étaient pas nombreux, ils ont mis durant le match une ambiance incroyable, faisant même parfois plus de bruits que les supporters allemands qui, de leur côté, étaient à plus de 300. «  Il faut dire que nous sommes une poignée d'inconditionnels, voire de fous. En déplacement, on n'est pas très nombreux. On se sent donc encore plus indispensable pour pousser notre équipe vers la victoire. Cela explique sans doute l'ambiance que l'on parvient à créer  », explique Aristide, la cinquantaine mais fan de Jean-Mi comme un adolescent.

Une fois la victoire acquise et la pression retombée, les joueurs, disponibles, ont passé un peu de temps avec les supporters, qui en ont profité pour remettre à Jean-Mi un trophée afin de le féliciter pour sa médaille d'argent au championnat d'Europe. «  Bien sûr, on est un peu déçu que Jean-Mi n'ait pas été aligné mais même sur le banc, il sait pousser ses coéquipiers vers la victoire. Cela prouve encore une fois l'esprit d'équipe qui règne à la Villette. Rencontrer Düsseldorf dans ses installations n'était pas une sinécure. La Villette est d'ailleurs passée tout près d'une défaite cinglante mais les joueurs, à force de courage et d'abnégation, sont parvenus à se surpasser (NDLR  : à l'image de Smirnov, qui après avoir été dominé par Suss dans le premier match, est parvenu à se transcender pour prendre le meilleur sur Maze dans le cinquième match décisif). Ce qui fait la force de la Villette, en plus d'avoir d'excellents joueurs, c'est que tous les éléments savent être solidaires. Par exemple, même sur le banc et non sélectionné, Patrick Chila est un vrai clubman. Oui, nous sommes vraiment fiers de supporter cette équipe...  », conclut Aristide.

Nathalie GARBAR

(VA,12/4/2005)
 Haut de page
 

15:21 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.