07/06/2005

Après la victoire de Gonnerm en Ligue des Champions

Tennis de table - «On ne banalisera plus nos victoires» (07/06/2005)
Une défaite qui coûte cherà la Villette

GÖNNERN «Il ne faut pas se cacher: la déception est énorme. Echouer lors du dernier match au terme de notre seule et unique défaite de la saison et, qui plus est, face à une formation qui, dans le même temps, a perdu la moitié de ses rencontres est immoral...»

Président du Royal, Gilbert Delva cultive désormais, à l'image des joueurs et dirigeants du club, une haine réelle envers le vainqueur de dimanche. «Depuis que je suis président de la Villette, nous n'avons jamais reçu un accueil aussi méprisant! Quand je pense à la façon dont Gönnern avait été reçu la semaine précédente au Spiroudome, je ne puis cacher mes sentiments. On s'en souviendra si on retrouve cette équipe sur notre chemin la saison prochaine!»

Lors de la remise de la Coupe, seul Jörg Rosskopf est venu serrer la main des joueurs carolos. A la décharge des sociétaires de Gönnern, on rappellera qu'au Spiroudome, trop de coups de sifflet avaient systématiquement salué les points de chance (filets, coins de table...) des visiteurs, ce qui témoigne la présence d'un public qui semble ne pas bien connaître certains raffinements du tennis de table.

Mais tout cela nous éloigne des véritables raisons de l'échec du Royal dimanche. Celles-ci pourraient être résumées comme suit:

le bilan mitigé d'Alexei Smirnov tout au long de la campagne européenne: le vainqueur du dernier Top 12 n'a pas encore la régularité ni le fighting spirit indispensables pour réussir en Champions' League... On le dit préoccupé par des questions familiales et de toute façon extrasportives.

le brutal off-day de Vladimir Samsonov face à Slobodan Grujic: c'est la première fois que le Nivellois craque ainsi d'une pièce depuis son arrivée à la Villette, mais il y a également deux ans que le joueur ne brille plus qu'occasionnellement sur la scène individuelle internationale. En outre, ses débuts de rencontre sont de plus en plus délicats.

le placement de Jean-Michel Saive: est-il logique de garder comme troisième pion sur l'échiquier un joueur qui respire la forme comme en témoigne son retour dans le Top 10?

La conclusion provisoire de Gilbert Delva: «C'est dommage, ce chiffre cinq que nous avons raté. La Villette aurait égalé les sept victoires de Düsseldorf et la fameuse série du Real Madrid en football! Si on doit retenir du positif, je dirais qu'on ne banalisera plus nos victoires...»

ENVOYÉ SPÉCIAL EN ALLEMAGNE DOMINIQUE DEPRÊTRE

© Les Sports 2005
www.dhnet.be

 


09:02 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.